May 10, 2015
echosystem image logo

Welcome to Echo'System'


G33k Inside
Ce site propose des outils pour webmaster et sysadmin, ainsi que les dernières news sur la sécurité.
Il y a 10 sortes de personnes, ceux qui comprennent le binaire et les autres...

IT / SECU / G33k

Sécurité informatique. (via RSS)

Actu des derniers potins informatiques / hardware / geek.(via RSS)

Stay protected.

Erreur32

Echo Rss Hot Security News


  • [News] APT vs Windows Update, oui mais… | More


    Je viens de voir que j’ai pas mal de retard sur le blog, il est vrai que ces derniers temps beaucoup de boulot de fond ou hors monde numérique donc le blog passe après. En attendant la finalisation de quelques articles un peu plus étoffés, j’aimerai apporter mon éclairage à cet article du blog de Tesla comparant les mises à jour apt Debian contre Windows. Parce qu’on ne peut pas commenter, et qu’il y a deux trois trucs à rappeler.

    NB : pour les plus casses-couilles qui me penseraient vendus à Debian, la remarque vaut aussi bien pour APT que pour YUM/RPM, Pacman, et même Gentoo/emerge. Pratiquement tous les systèmes de packaging sous Linux en fait.

    Il y a une différence fondamentale dans la construction des systèmes Debian et Windows : le premier est entièrement construit à partir des paquets qui sont fournis sur les dépôts, alors que Microsoft construit son image direct à partir des sources pour ensuite ne proposer que des patches.

    Le mot patch est important : en fait, à chaque mise à jour d’un composant, sous Debian vous récupérez l’intégralité de ce composant comme si vous l’installiez pour la première fois. Seule votre configuration est conservée. Et ce quand bien même la mise à jour ne concerne, sous le capot, qu’une partie des fichiers du paquet en question. Microsoft, au contraire, ne va proposer au travers d’une mise à jour que le strict nécessaire à la mise à jour d’un de ses morceaux. La conséquence c’est que parfois ils font du patch de patch, donc vous devez effectivement enchaîner les mises à jour et parfois les redémarrages pour pouvoir arriver à un système à jour, ce qui est, je suis d’accord, infiniment frustrant et pénible.

    La cause profonde sera difficile à corriger : sous Windows, et même si ce n’est pas toujours parfait, il y a un fort contrôle d’intégrité des fichiers de base du système, qui interdit toute modification à chaud. Ce qui impose un redémarrage pour appliquer les modifications et les tables de contrôle avant le chargement des composants à jour. Un mécanisme qui n’est pas présent par défaut sous Debian et dérivés.

    Il y a un cependant un gros inconvénient aux paquets complets : la consommation de bande passante. Pour être sous Manjaro, petite fille d’ArchLinux, les mises à jour qui se produisent toutes les semaines voire tous les 15 jours pèsent en moyenne 300 à 400 Mo. En dehors des mauvais mois Microsoft vous impose une centaine de Mo le deuxième mardi de chaque mois, un peu plus certes si vous mangez cher avec Office. Si vous êtes contraint de survivre sur connexion 3g/4g, avec un forfait data particulièrement contraint vu les usages récents, c’est pas la joie (me souviens avoir mangé 4Go en une heure sur les 5 mensuels que contenait mon forfait d’alors–c’était il y a un peu plus d’un an). Et tout le monde n’a pas encore de fibre optique au niveau résidentiel, en particulier les structures disposant d’une dizaine de machines au minimum comme les écoles (bisou Cyrille, courage pour les salles infos).

    D’ailleurs, ce comportement du « package complet » se retrouve sous Windows pour d’autres couches que l’OS. Les « g@merz » savent combien pèsent les nouveaux drivers de cartes graphiques de nos jours qui sont obligatoires ou presque à chaque sortie de nouveau jeu : celui pour ma carte graphique sous Windows 7 me coûtera quasiment 400Mo. Les utilisateurs de Libre office qui suivent les mises à jour se mangent 200Mo à chaque release. Et je pourrais certainement trouver masse d’autres exemples.

    Mais je confirme que c’est plaisant, quand on réinstalle, de gagner un temps fou sous Linux en ayant qu’une seule passe à faire, surtout qu’elle peut être lancée en même temps, et donc on a pas l’impression d’être interrompu avant de pouvoir réellement utiliser son ordinateur. Mais à moins de passer ses journées à faire et refaire des installations, c’est un avantage qui ne se voit pas souvent.

    Reste le fait qu’on installe tous ses logiciels sous Linux via le même gestionnaire de paquets, là où Windows Update est réservé aux mises à jour (il porte finalement très bien son nom). Pour le reste il faut se taper le Windows Store et donc se faire espionner par Microsoft et ses partenaires publicitaires (car ça demande un compte Microsoft, comme si nous étions sur mobile). Ou continuer à gérer ses logiciels à la main comme un grand, même si des solutions comme WAPT ou Chocolatey commencent à émerger. Elle est pas belle l’informatique « de bureau Windows » de 2017 ?



  • [News] Alexa et son perroquet | More


    Voici un perroquet gris du Gabon, appelé aussi perroquet Jaco (non, ce n'est pas son prénom), qui pilote Alexa pour allumera la lumière.

    C'est ouf

    Je ne connais pas bien ce genre de volatile et je suis impressionné par sa faculté d'imitation. Car au-delà de l'effet "Waouh il a allumé la lumière", il imite surtout à la perfection les voix, le rire et les intonations de ses humains adoptifs. Et son "OK" avec la voix d'Alexa est juste parfait.

    Reste maintenant à savoir si Amazon va ajouter un filtre anti-Jaco à sa prochaine mise à jour ou si les fans de domotique équipés d'Alexa et d'un perroquet gris comme celui-ci vont péter un câble et zigouiller la volaille au bout d'un moment.

    Petite parenthèse aussi concernant cette espèce animale protégée. Il est probable que cela donne envie à certains d'entre vous d'adopter ce genre de perroquet. Pourquoi pas, mais prenez bien conscience que ça fait du bruit, que ça chie partout, qu'il faut s'en occuper et que ça peut vivre 80 ans (donc plus vieux que vous, vu toutes les merdes cancérigènes qu'on absorbe à longueur de temps...).

    Si malgré tout ça vous en voulez quand même un, adoptez en un qui a été abandonné. Ça lui permettra de retrouver une famille, et ça n'encouragera pas le commerce de ce genre de bestiole. Puis avec un peu de chance, il vous récitera quelques infos croustillantes sur les anciens proprios.

    Cet article merveilleux et sans aucun égal intitulé : Alexa et son perroquet ; a été publié sur Korben, le seul site qui t'aime plus fort que tes parents.